La réouverture probable des écoles le 12 mai pour les enfants du primaire et de grande section de maternelle provoque une forte anxiété, tout à fait légitime pour les parents.
C’est un véritable dilemme auquel les parents doivent faire face. Les annonces journalières bien souvent contradictoires ne rassurent pas, ne guident pas et laissent l’entière responsabilité de la décision aux parents et aux communes, dans le flou le plus total.
Certains parents n’ont aucune difficulté à vivre le confinement. Les enfants n’ont de problème particulier en classe, les devoirs sont imprimés, exécutés sous l’œil bienveillant des parents, les occupations sont organisées de manière à favoriser l’épanouissement et profiter de cette période inédite, l’activité professionnelle s’exerce en télétravail et sans perte de salaire.
D’autres n’ont pas d’activité professionnelle mais peuvent, alors qu’ils sont soucieux de l’avenir de leurs enfants et du décrochage possible, rencontrer des difficultés pour le suivi (pas le matériel adapté, manque de moyens financiers pour l’impression, difficulté à accompagner l’enfant, etc.)
D’autres devront faire à contrecœur le choix de l’arrêt de travail ou des congés, perdant ainsi des avantages non négligeables.
D’autres encore sont dans une situation précaire ou intermittente ou risquent de l’être du fait de chômage (partiel ou pas) et n’ont pas d’autres choix que de travailler
D’autres se sont engagés, alors que leur situation était stable, dans des projets immobiliers ou mobiliers, et doivent assumer les remboursements
Et d’autres encore sont convaincus que relancer l’économie est une urgence et qu’il est de leur devoir d’y participer.
Toutes ces situations (et je pourrai en citer d’autres) témoignent que le choix est cornélien mais que, quel qu’il soit, il doit être respecté. Aucun jugement ne peut être toléré. Chaque parent a de bonnes raisons pour faire son choix.
Mais tous ont ce point commun : LA SANTE DE LEURS ENFANTS
QUANT A LA RE-OUVERTURE DE L’ECOLE PRIMAIRE
Les parents doivent répondre à un sondage à rendre demain à la Mairie pour qu’une décision soit prise.
Ce n’est bien entendu qu’un avis mais ceux qui le peuvent – gardez vos enfants à la maison – la scolarité de votre enfant ne sera pas compromise si vous continuez à les accompagner et vous pouvez faire confiance aux enseignants pour adapter les programmes à la rentrée afin de combler les lacunes. Oui il y aura peut-être des difficultés, des ajustements à faire mais rien qui ne soit préjudiciable à l’avenir de votre enfant – Ils sont tous à la même enseigne – un retard dans le programme certes mais égal pour tous et il est à penser que les conditions dans lesquelles se fera l’enseignement ne sera pas de nature à favoriser les scolarisés.
Cette décision aura l’avantage de ne pas encombrer les bancs de l’école et permettra ainsi à la Mairie de mettre en place plus facilement toutes les mesures préconisées par le protocole de 63 pages – contraignant et coûteux – qui rassureront les parents qui n’ont pas d’autre choix.
Il est évident, dans ces conditions que la réouverture de l’école doit s’accompagner d’une réouverture de la cantine et de la garderie, ce qui n’est pas impossible si le nombre des enfants accueillis est nettement en baisse.
Le service public doit être équitable, et je suis la première à le défendre, cependant en cette circonstance exceptionnelle, il s’agit de faire preuve de solidarité –
Beaucoup d’initiatives solidaires se sont mises en place dans notre commune depuis le confinement, continuons à nous soutenir.
Solidarité entre les Masnysiens et solidarité pour notre pays.